Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

26-01-12 16:39 Il y a: 6 yrs

Haïti aujourd’hui (état des lieux)

Deux ans après le tremblement de terre, quelle est la situation actuelle ?


Photo : Sophie Reille

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui a détruit une partie de Port-au-Prince et de plusieurs villes voisines, a fait, en quelques dizaines de secondes, plus de 200 000 victimes, un nombre incalculable de blessés et plus d'un million de sans-abri. (1)

Nous voilà 2 ans après et on peut légitimement se demander quelle est la situation actuelle ? Une situation est analysée en fonction du prisme de lecture que l’on choisit. Et en fonction du choix, on peut voir une situation avec un regard positif ou négatif, comme un verre à moitié plein ou à moitié vide. A chacun de choisir son prisme de lecture des éléments cités ci-après.

Au niveau politique, un nouveau président a été élu en 2011, Michel Martelly, avec un  gouvernement qui a été nommé.

La Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) est arrivée au terme de son mandat en 2011 mais la volonté d’un prolongement du mandat a été annoncée par le président. En attendant une décision parlementaire sur le devenir de la commission, la soumission des projets reste suspendue jusqu'à nouvel ordre.

Au niveau des promesses d’aides internationales, une partie de l’aide a été distribuée mais il est difficile de parler de chiffres. Les montants annoncés varient en fonction de l’interlocuteur. Mais il existe un décalage entre l’argent décaissé et promis.

"On a trop dépensé dans le transitoire et pas assez investi dans le long terme", regrette Jean-Christophe Adrian, coordinateur du programme des Nations unies pour les établissements humains. "En matière de logement, il y a une tendance généralisée à vouloir faire à la place des Haïtiens. On a dépensé 500 millions de dollars en abris d'urgence, en important tout, sans aucune contribution à l'économie haïtienne, ni création d'emplois". (2)

Au niveau de la reconstruction, malgré de nombreux retards, les infrastructures et les logements commencent à se reconstruire. Des progrès sont visibles. Les axes principaux ont été dégagés de leurs gravats mais de nombreux quartiers reculés sont encore inaccessibles en voiture. Et plus de 500 000 personnes vivent toujours sous des tentes de fortune. Des opérations d’expulsion forcée des camps ont jalonné 2010 et 2011.

"La tragédie a fonctionné comme un miroir de la pauvreté préexistante, dans un pays déjà à terre avant le séisme et qui dépendait déjà de l'assistance internationale" rappelle Médecins du monde, une ONG présente de longue date. (2)

À l’heure où nombre d’ONG et d’organisations internationales quittent le pays et où la reconstruction politique de l’État haïtien demeure balbutiante, les Églises ont une responsabilité durable à assumer pour contribuer significativement à relever la société haïtienne et à la structurer.

Près de deux ans après le séisme du 12 janvier 2010, notre conviction se confirme: c’est dans la fidélité de notre soutien que pourra se relever Haïti. Plus que jamais, notre choix de soutenir les efforts de nos partenaires sans se substituer à eux ne peut se concrétiser en actes sans la mobilisation de tous.


(1) Haïti : la reconstruction passe par une refondation. Le Monde, 11.01.2011

(2) A Haïti, la reconstruction avance "à pas de tortue". Le Monde, 11.01.2011

 

 

Timothée Ansen
Coordinateur des projets Haïti
Défap - Service protestant de mission