Retour à Protestantisme et société

Retour à l'accueil

23-10-12 16:49 Il y a: 6 yrs

Deux volontaires du service civique, envoyés en Haïti par le Défap

Clément et Audrey se destinent tous deux au métier d'enseignant. Avant de commencer leur carrière professionnelle, ils ont souhaité vivre une expérience de rencontre à l'international.



Le Défap les a recrutés pour réaliser une mission de volontariat dans le cadre du service civique, un dispositif d'engagement citoyen pour les 18-25 ans (www.service-civique.gouv.fr).

Ils partent pour 10 mois de mission en soutien scolaire et pédagogique au sein des écoles protestantes de la FEPH - Fédération des Ecoles Protestantes d'Haïti. Voici quelques impressions recueillies avant leur départ, en octobre 2012.

 

 

 

 

 

 

Clément Gonzales
Arrivé au bout d'un chemin d'études un peu trop droit à mon goût, j'ai fait un pas de côté. J'aime les détours en randonnée, je ne pouvais accepter une vie sur une route bétonnée, rectiligne. Mais il n'est pas évident de s'écarter d'un trajet que l'on s'est vu mille fois emprunter. Et que vont dire mes proches ? Vais-je les décevoir ? Reviendrais-je un jour sur mes pas ? A 24 ans, trop d'hésitations n'est pas permis ! Si je ne le fais pas aujourd'hui, quand le ferais-je ? Pour découvrir, pour rencontrer, il n'y a pas d'âge... mais le monde est vaste alors autant commencer tôt. La découverte de la différence m'attire. A quel point vais-je changer moi-même ? Quelle vision du monde les Haïtiens m'offriront-ils ? Quelle odeur aura la terre ? Quels goûts auront les plats ? Une fois le pas franchi, il n'est plus question d'hésitations, ne restent que des questions de curiosité !


Audrey Pardigon
Ce que je suis actuellement : Audrey, étudiante en philosophie, je vis à Paris depuis 4 ans et je pense vouloir enseigner. Je pense surtout que j'ai déjà suffisamment réfléchi et qu'il est temps de prendre part au monde ; de tenter modestement de faire vivre ce en quoi je crois : les formidables possibilités qu'a l'être humain de s'accomplir avec les autres et en Dieu. Je ne suis pas vraiment sûre de savoir pourquoi je pars mais j'ai confiance. Haïti, une île encore inconnue ; je ne sais ce que j'y trouverais, je ne sais ce que j'apporterais. Mais ne serait-ce qu'être un simple fil dans le motif de cette toile immense, de cette fresque, que je vois très colorée, étrange et belle, dangereuse et fascinante, me donne le sentiment d'être à ma place entre ailleurs et ici, maintenant et demain ; d'avoir une chance d'accomplir cette humanité dans la rencontre, le témoignage et la foi pour transformer à mon tour les motifs qui me composent.